Expérience de nos Au Pairs

Tu souhaites participer à un échange culturel aux Etats-Unis ou en Australie et tu ne sais pas à quoi t'attendre ? Nous avons rassemblé des témoignages d'anciens Au-Pairs qui nous ont partagés leurs expériences. Tu trouveras ci-dessous leurs témoignages, blogs, vlogs, comptes Facebook et Instagram afin de te faire une idée plus précise de l'année Au-Pair.

Si toi aussi tu as passé une bonne année et que tu souhaites partager les moments forts (à travers un récit, des images ou un blog), n'hésite pas à nous les transmettre par email à info@aupaircare.fr.

  • Plus >
    Fermer >

    Fiona à Seattle

    Fiona

    Participant Vlog

    États-Unis

    Au pair USA, Expérience, Fiona

    Fiona à Seattle

    Nom: Fiona
    Âge: 22
    Au Pair in: Seattle, WA, États-Unis
    Adresse: Carpentras, France
    Durée: 12 Mois

    Fiona à Seattle

    Fiona, jeune française de 22 ans, a eu la chance de partir en tant qu’Au Pair aux Etats-Unis pendant 1 année. Elle vous raconte son expérience à travers des vidéos originales sur Youtube et des anecdotes surprenantes sur sa page Facebook. 

    Voici quelques photos:

    Au pair USA, Expérience, FionaAu pair USA, Expérience, FionaAu pair USA, Expérience, FionaAu pair USA, Expérience, FionaAu pair USA, Expérience, FionaAu pair USA, Expérience, FionaAu pair USA, Expérience, FionaAu pair USA, Expérience, FionaAu pair USA, Expérience, FionaAu pair USA, Expérience, FionaAu pair USA, Expérience, FionaAu pair USA, Expérience, Fiona
  • Plus >
    Fermer >

    Tiana à New York

    Tiana

    Participant Blog

    États-Unis

    Au pair USA, Expérience, Tiana

    Tiana à New York

    Nom: Tiana
    Âge: 24
    Au Pair in: New York, NY, États-Unis
    Adresse: France
    Durée: 12 Mois

    Tiana à New York

    Partir en tant qu’au-pair aux USA… j’en ai rêvé depuis mes 17 ans ! Je suis finalement partie à l’aube de mes 24 ans et je n’ai eu aucun regret ! Avant de partir on se pose toujours la question de l’âge : quel est le bon moment pour partir ?  Avant, après ou pendant ses études ? Je n’ai pas la réponse exacte à apporter à cette réponse mais je suis persuadée d’une chose ; quel que soit le moment du départ, il sera toujours le bon !  Nous sommes les acteurs de nos propres expériences, à nous de saisir les opportunités qui s’offrent à nous et d’en tirer le positif.

    Le premier choc culturel

    Dans ma vie de jeune adulte, j’ai eu l’occasion de vivre plusieurs fois à l’étranger mais principalement en Europe (Allemagne et Angleterre). Néanmoins, quand bien même j’ai été préparé à vivre dans différents endroits, mon expérience aux Etats-Unis a été déroutante à plus d’un titre ! Tout est tellement différent, il ne sert plus à rien de comparer la vie en Europe et la vie là-bas ! Oubliez les films ou séries qui vous donnent l’impression de tout connaître, il faut vraiment avoir vécu sur le territoire américain pour comprendre leur mentalité. Heureusement j’ai très vite compris comment s’intégrer à l’American way of life. Pour vous donner une idée sachez que l’intégration dans votre famille américaine se fera par l’application d’un principe fondamental : p-o-s-i-t-i-v-e-r ! En effet, les américains sont très positifs ! Cet aspect m’a beaucoup marqué tout au long de l’année, aussi bien de façon positive que de façon négative. C’est bien sûr positif car partout où l'on va on est pratiquement certain d'être bien accueilli ! Mais cette "positive attitude" peut aussi être perçue de façon négative, lourde à assumer surtout pour nous les français qui avons un peu plus de retenue. Je m'explique; les américains sont très expressifs et ils aiment tout particulièrement partager leur bonne humeur. Ils ne conçoivent donc pas qu'on puisse être heureux sans forcément "déborder de joie". Je me souviens des premières semaines à mon arrivée où on me demandait souvent si j'étais triste ou pourquoi je ne souriais pas. J'étais pourtant très heureuse d'être là, je ne comprenais pas comment on pouvait penser l'inverse. Mais en observant ma famille d'accueil, leurs amis ou tout américain que je rencontrais, j'ai compris le décalage. Je n'étais pas assez expressive. A partir de ce jour je m'efforçais toujours de sourire (même si parfois j'avais l'impression d'en faire trop) car c'était le seul baromètre visible de mon bonheur selon les standards américains. Ce point est vraiment capital pour la réussite de votre année (surtout si vous êtes assez réservé) ! En effet, j'ai malheureusement appris qu'une copine a été en rematch au motif qu'elle paraissait toujours triste. Et pourtant je peux vous dire qu'elle était heureuse ! Mais son côté timide lui a joué des tours... Ça m'a fait froid dans le dos ! Je me répète mais soyez positif et n'oubliez pas de sourire  !  

    L'immersion en famille

    S'agissant de ma famille d'accueil, j'ai eu la chance de vivre dans une famille typiquement américaine avec un style de vie à l'opposé du mien ! Malgré nos modes de vie totalement différents, j'ai apprécié cette immersion dans un univers qui m'était complètement étranger. Dans ma famille tout était speed. On avait un rythme de vie new-yorkais même dans notre banlieue résidentielle (faut dire que les parents sont d'authentiques new-yorkais). Dans ce contexte c'était parfois difficile d'avoir un moment de répit ou de silence mais ce fut intéressant à vivre. Concernant les enfants, j'ai principalement eu à m'occuper de la petite dernière âgée de 6 ans. Ses autres frères avaient déjà quittés la maison et le plus jeune avait 15 ans. C'était une configuration assez agréable. Au sujet de l'éducation, j'ai eu l'immense chance de partager certaines valeurs éducatives avec les parents (c'était d'ailleurs un point sur lequel j'ai été intransigeante lors de la période de recherche de famille). Les parents étaient donc assez stricts avec les enfants et m'ont toujours soutenu face aux caprices de l’enfant. Malheureusement je sais que ce n'est pas toujours le cas dans d'autres familles. C'est donc important d'en discuter avec les parents en amont.  

    Savoir profiter

    Enfin, s'agissant de la vie sociale, des voyages etc... je dirais qu'une chose : faites des rencontres, bougez, sortez... mais pitié, sachez profiter de l'instant présent et détachez-vous des relations nocives ! Le temps va vous manquer, surtout vers la fin. Ne vous perdez donc pas dans des embrouilles ou des histoires inutiles. Pensez à vous, n'ayez pas peur d'être égoïste, c'est votre année, ne laissez pas ceux qui n'en valent pas la peine vous voler votre précieux temps. Douze mois sont bien trop courts pour tout voir, tout faire. Établissez donc un ordre de priorité et au besoin sachez le réajuster. 

    Après l'aventure

    Comme pour toute expérience, il y a toujours un avant et un après. Vivre un an ou plus aux Etats-Unis est une aventure dont on ne ressort pas indemne. Peu importe le bilan, on en ressortira toujours plus fort qu'avant. Quelque chose en nous change même si ce n'est pas forcément flagrant. A mon retour en France j'avais peur de connaître le choc culturel inversé. Heureusement il a été de courte durée. Pour être honnête, j'étais contente de revenir en Europe. J'ai aimé vivre aux Etats-Unis le temps d'une année, l'expérience a été formidable mais je préfère de loin mon mode de vie européen et notamment ses avantages en termes de déplacement (les vols à tarifs low cost, les week-end express dans un autre pays, la porosité des frontières, etc...sont autant de choses qui m'ont manquées). La voyageuse que je suis se sentais un peu à l'étroit aux USA. 

    Aujourd'hui, un an plus tard, je suis encore émerveillée par tout ce que j'ai pu vivre là-bas. Malgré nos différences, j'ai eu une famille d'accueil géniale qui a su m'accepter telle que je suis et je leur en suis extrêmement reconnaissante. L'année n'a pas été rose mais le bilan que j'en titre est plus que positif. J'ai aimé être au contact de la positive attitude des américains. Leur état d'esprit ultra positif m'a été bénéfique et m'a aidé à me repositionner sur l'échiquier de ma vie. Je souhaite à tous de pouvoir un jour en faire l'expérience !  

    Tiana

     

  • Plus >
    Fermer >

    Tatiana à Washington

    Tatiana

    Participant Report

    États-Unis

    Au pair USA, Expérience, Tatiana

    Tatiana à Washington

    Nom: Tatiana
    Âge: 25
    Au Pair in: Washington, DC, États-Unis
    Adresse: Rhode-Saint-Genèse, Belgique
    Durée: 24 Mois

    Tatiana à Washington

    Ces 2 années en tant qu’au pair aux USA ont été pour moi une véritable expérience personnelle ainsi qu’un moyen extraordinaire de vivre à l’étranger et de voyager.

    J’ai toujours voulu, depuis toute petite, vivre l’expérience « vivre à l’étranger » un jour. Il y a 2 ans, en lisant des dizaines et des dizaines de blogs de jeunes filles au pairs, je me décide enfin à moi aussi tenter l’expérience. Me voilà donc partie pleine de motivation et d’étoiles dans les yeux, direction Washington DC. Là j’y découvre ma famille d’accueil, Scott et Stephenie, ainsi que leur petite, Elisabeth, qui deviendra en l’espace de 2 ans, ma petite sœur de cœur, ma Lili.

    Ces deux années auprès d’eux furent remplies de beaucoup travail, d’expériences incroyables, de voyages, d’émotions, de larmes de joie et de ras-le-bol parfois, de quiproquos culturels mais aussi de longues discussions, de découvertes de nos cultures respectives, d’amitié, de déménagements (3 au total en 2 ans, de Géorgie jusque Washington DC et puis Manhattan !), de moments et de liens indescriptibles avec Lili, d’instants qui semblent parfois sortir tout droit des films américains cultes (matchs de basketball, de baseball, de football américain, les énormes drapeaux américains flottant un peu partout,  …) et de tas de rêves réalisés.

    S’habituer à un nouveau quotidien, loin de tous nos repères ; devoir assumer un travail lourd et éreintant (je m’occupais de Lili à raison de 9h-10h/jour) ; se recréer un nouveau réseau d’amis en partant de zéro ; tout cela semble terrifiant mais en fait il s’agit d’une expérience des plus enrichissantes. De New York aux Bahamas, en passant par les plus beaux parcs nationaux du Wyoming, de l’Arizona, de Californie et du Colorado, en faisant un arrêt par la ville mythique de Las Vegas, tout en achevant la liste avec  San Diego et Hawaii (liste non-exhaustive qui serait beaucoup trop longue à détailler !), je ne cesse de contempler le tableau des rêves achevés en seulement 2 ans.

    De plus, je me suis fait des amis aux 4 coins du monde et nous partagerons toujours un lien indescriptible : celui d’avoir franchi l’Atlantique pour réaliser notre rêve et découvrir les USA. Nous avons vécu ensemble les expériences les plus folles et avons tissé de liens indéfectibles. Nos retrouvailles en Europe sont toujours des plus touchantes et nous ne cessons de nous rappeler les moments incroyables vécus aux USA.

    Après 2 ans passés aux côtés de ma famille, que dis-je, de mes amis et de ma petite sœur, les quitter fut un déchirement. Mais nous savions depuis le début que notre complicité ne serait jamais en rien entachée par les kilomètres qui nous séparent. Depuis mon retour, nous skypons régulièrement, ce qui me permet de voir ma petite Lili évoluer et toujours afficher son éternel sourire lorsqu’elle me voit apparaitre sur l’écran. Tandis que Scott, Stephenie et moi continuons à discuter des heures durant comme nous avions pour habitude de faire le soir après notre travail.

    Il me serait impossible de décrire tout ce que cette aventure m’a apporté. Je suis revenue avec des étoiles plein les yeux, comme lors de mon départ, avec la sensation profonde d’avoir vécu quelque chose d’incroyable et d’avoir enfin commencé à réaliser mes rêves les plus fous.  J’ai toujours été passionnée par l’étranger et les différentes cultures, je me sens désormais encore plus ouverte au monde et j’ai d’autant plus l’envie de le parcourir pour en découvrir ses moindres recoins.

    On dit toujours que dans l’aventure au pair, on pleure au début en partant vers l’inconnu, mais on pleure encore plus lors du retour, lorsque nous devons quitter notre rêve américain et tous les amis que nous nous sommes faits là-bas. Quant à moi, je suis partie le sourire aux lèvres il y a plus de 2 ans, mais n’ai pas pu retenir mes larmes lorsque l’avion a quitté Washington DC, ma maison désormais. Parce que “You’ll never be completely at home again, because part of your heart will always be elsewhere.”

     

  • Plus >
    Fermer >

    An aupair is a friend

    Pernelle Moliner

    Participant Report

    États-Unis

    Au pair USA, Expérience, Pernelle

    An aupair is a friend

    Nom: Pernelle Moliner
    Âge: 22
    Au Pair in: États-Unis
    Adresse: France
    Durée: 24 Mois

    An aupair is a friend

    “An aupair is a friend” Sloane, 3 ans (à l’époque).

    C’est ce que m’a dit la petite dont je me suis occupée pendant 2 ans. Une phrase qui m’a remplie de joie et qui m’a fait comprendre que je n’étais plus seulement une “nanny” mais aussi une “friend”.

    Je suis arrivée dans cette famille de 3 enfants (garçon de 10 ans, filles de 8ans et 15 mois), en août 2013 et j’en suis repartie en Septembre 2015 (travel month). Voici les raisons pour lesquels mon séjour fut aussi long : compromis, partage, volonté, socialisation.

    Je dois avouer qu’au départ c’était loin d’être facile… Je suis arrivée dans une famille qui avait eut avant moi 2 mauvaises expériences avec des aupairs, autant vous dire que c’était un peu bizarre au début. Bon je vous rassure la mère m’a tout de suite acceptée et avec les enfants ça a été. Le père était très sceptique et très froid les 2 premières semaines. Après ça s’est super bien passé avec tous !

    Evidement pendant ces 2 ans tout n’était pas rose : mal du pays, les périodes de fêtes loin de la famille, vol de papiers, manque de vie sociale. Mais dans la vie tout n’est jamais rose. Et puis petit à petit on prend ses marques, on s’habitue à la vie américaine, on se construit une vie sociale, on voyage et surtout on partage des moments géniaux avec la famille et je peux vous garantir que j’en ai eu!

    Pendant votre année vous aurez peut-être plus de mauvais que de bons moments, mais les seuls que vous retiendrez ce seront les bons, les mauvais vous les oublierez! Croyez-moi!

    Depuis la fin de mon aventure d’aupair, ma Host Family m’avait invité chez eux, j’y suis retournée en juillet et août 2016 ce qui m’a permis de les retrouver, de voyages et aussi de revoir mes amis américains.

    Donc si j’ai des conseils à vous donner : Partagez, Eclatez-vous, Voyagez!

    Ah oui, choisissez votre famille au coup de coeur et pas à la destination.

    Pernelle 

     

  • Plus >
    Fermer >

    Tiffanie à San Francisco

    Tiffanie

    Participant Report

    États-Unis

    Au pair, USA, Experience, Tiffanie

    Tiffanie à San Francisco

    Nom: Tiffanie
    Âge: 25
    Au Pair in: San Francisco, CA, États-Unis
    Adresse: Villard-Bonnot, France

    Tiffanie à San Francisco

    Les USA ont toujours été un grand rêve pour moi. Mais jamais je n'aurais imaginé pouvoir "y vivre" un jour. Grâce au programmeAuPairCare, je suis partie vivre dans la Région de San Francisco, pendant deux années, où j'ai pu vivre ce rêve à fond, découvrir la culture Américaine, célébrer les fêtes de fin d'années (Thanksgiving, Noël etc...) comme je les voyais dans les films.

    Si je devais choisir un mot pour décrire cette aventure, je dirais qu'elle a été "MAGIQUE". Ce n'est pas toujours évident d'être seule à l'autre bout du monde, mais je me suis fait des amis venant de tous les pays, (qui font aujourd'hui parti de ma "famille des quatre coins du monde"), nous nous soutenions tous les uns les autres. J'ai vécu des choses extraordinaires, visité des endroits magnifiques...

    Je suis partie avec un niveau d'Anglais basique, et je me surprends maintenant, à rêver en Anglais, ou même réfléchir en Anglais...

    Lorsque je suis arrivée dans ma seconde famille, l'un des enfants est né un mois après mon arrivée. J'ai développé une relation très fusionnelle avec lui (également avec son frère, de 18 mois son aîné). Quelle joie de le voir faire ses premiers sourires, lui donner ses premiers repas, d'assister à ses premiers pas etc... Tous ces petits bonheurs font partie de l'aventure, et la rende encore plus belle.

    Ça a été très dur de leur dire au revoir, mais heureusement, nous avons FaceTime, et les réseaux sociaux pour rester en contact. Ma famille d’accueil m’a même ajoutée dans un album partagé sur nos téléphones, pour que je puisse recevoir des photos des enfants. J'espère pouvoir leur rendre visite au plus vite, et les serrer très fort dans mes bras !

    A mon retour, mes amis au pairs mexicains, que j'ai rencontré pendant mon aventure, sont venus chez moi et nous avons voyagé tous ensemble pendant deux mois à travers l'Europe.

    J'ai eu la chance d'avoir deux adorables Area Directors - avec qui je suis d'ailleurs toujours en contact - qui ont toujours répondu présentes à la moindre de mes questions, ou lorsque j'avais besoin de quelque chose.  

    Cette expérience m'a énormément apporté. J'en suis revenue totalement changée positivement. J'ai beaucoup plus confiance en moi. Le fait d'avoir côtoyé des gens de tous les horizons, et avec des cultures vraiment différentes, me font voir les choses différemment.

    J'ai appris à dépasser mes limites, à surmonter seule des épreuves pas toujours faciles lorsque nos proches ne sont pas présents... Je ne regrette absolument rien de tout ce que j'ai vécu sur le continent Américain. 

     

    Au pair, USA, Experience, TiffanieAu pair, USA, Experience, TiffanieAu pair, USA, Experience, TiffanieAu pair, USA, Experience, TiffanieAu pair, USA, Experience, TiffanieAu pair, USA, Experience, TiffanieAu pair, USA, Experience, TiffanieAu pair, USA, Experience, TiffanieAu pair, USA, Experience, TiffanieAu pair, USA, Experience, TiffanieAu pair, USA, Experience, TiffanieAu pair, USA, Experience, Tiffanie
  • Plus >
    Fermer >

    Léa à New York

    Léa

    Participant Report

    États-Unis

    Au pair USA, Expérience,Léa

    Léa à New York

    Nom: Léa
    Au Pair in: New York, NY, États-Unis
    Adresse: France
    Durée: 12 Mois

    Léa à New York 

    J'ai toujours dit à mes proches qu'un jour je partirai à l'étranger et que pour moi c'était le moyen le plus efficace pour s'imprégner d'une culture et d'une langue.

    Ma famille d'accueil vivait dans l'état de New York, tout près de Manhattan. Daniel, le papa est professeur de science à la High School de Scarsdale. Nicole, la maman est urologue à l'hôpital de White Plains. Ils sont les parents de Rachel, 12 ans à mon arrivée et passionnée de français, Gabe, 9 ans et fan de Chicken tenders, selon la description de la fiche, et Alexander alias Buddy, 6 ans.

    Lors de notre premier Skype j'ai eu l'impression de passer un entretien d'embauche mais le stress a vite disparu. À la fin du Skype Nicole m'a annoncé qu'ils n'avaient retenu que mon profil et que si je n'étais pas intéressée, ils abandonneraient l'idée d'accueillir une au pair. J'ai donc décidé de matcher très rapidement.

    Nous avons refait un Skype où Rachel dirigeait la conversation. J'ai eu droit à une visite complète de la maison et a une présentation de la part des garçons. J'étais déjà une grande fan d'eux. Pourtant mon anglais et mon accent étaient un peu justes, les enfants ont fait preuve de beaucoup d'indulgence.

    Je suis partie le 21 juillet 2014 de Paris avec une poignée de Français. Après de rapides au revoir à mes proches pour éviter de faire marche arrière, j'ai rejoint les autres futurs au pair dans la salle d'embarquement.

    Premières impressions échangées pour détendre l'atmosphère. On réalise toutes qu'on part pour un an minimum à ce moment-là. Nous sommes arrivés à l’Au Pair Academy et avons pu aller nous reposer dans nos chambres. Nous sommes beaucoup restés entre Français ce qui nous a permis de lier de très forts liens.

    Nous avons beaucoup échangé autour du nombre de host kids, de l'état, de la neige et de l'angoisse de conduire avec... finalement nous avions toutes les mêmes préoccupations.

    Le dernier jour du séminaire à New York est arrivé et les au pairs partaient tour à tour pour prendre leurs vols pour les États les plus éloignés. Seule une partie restait à attendre leur famille d’accueil, cette matinée fut peut être la plus stressante de mon aventure.

    Puis mon « host dad », Daniel, est arrivé. Il est venu seul puisqu'il était le seul disponible. Daniel m'a fait visiter la maison et m'a dit de faire comme chez moi puis nous avons fait un tour du quartier en voiture. J'étais surprise de voir autant de vert moi qui pensais arriver en pleine ville.

    Ces premières semaines ont été positives, j'ai pu prendre mes marques et apprivoiser la voiture automatique.

    J’ai même pu partir quelques jours en vacances dans le Massachusetts avec ma famille d’accueil.

    Cette escapade à souder la nouvelle famille que nous formions désormais.

    À la rentrée, j'ai toutefois réalisé que le job d'au pair n'était pas de tout repos. En effet, les enfants allaient dans 3 écoles différentes et avaient tous les soirs une activité différente. J'ai passé beaucoup de temps en voiture ce qui est parfois assez compliqué avec 3 enfants.

    J'ai partagé beaucoup de moments très forts avec la famille. A travers les enfants, j'ai beaucoup appris sur moi.

    Pendant cette année j'ai aussi beaucoup voyagé : Toronto et les chutes du Niagara, Boston, Philadelphie, la Floride avec Orlando et ses fameux parcs, Miami, Palm Beach, Washington DC et bien sur New York. J'ai découvert que cet Etat loin de n'être seulement composé de building était un état très vert. Avec les français rencontrés à l’Au Pair Academy, nous sommes même partis pour notre 13è mois en road trip en Californie : les meilleurs vacances de ma vie !

    De San Francisco à San Diego en passant par Los Angeles, puis le lac Havasu, le Grand Canyon, Las Vegas, la Vallée de la Mort et Yosemite. J'ai gardé de magnifiques souvenirs et de très belles amitiés.

    M'occuper de 3 enfants au quotidien fut parfois compliqué. Le plus souvent tout coulait de source mais il a fallu s'adapter à leur culture.

    Rachel qui commençait le français quand je suis arrivée, pouvait tenir une vraie conversation. Alex, qui était une vraie pile électrique, s'est apaisé. Et Gabe... il a mis des mois à se confier mais le jour où je l'ai déposé au départ du bus pour leur camp 2015, il ne voulait plus me lâcher. J'ai eu beaucoup de mal à retenir mes larmes.

    Cette journée a été la plus éprouvante, je laissais partir mes host kids, mes bébés en quelque sorte.

    Je ne garde de cette année que de très bons souvenirs et une envie irrésistible d'y retourner. Ils me manquent énormément.

    Au-delà d'une expérience humaine incroyable, cette année m'a bien évidement permis d'améliorer considérablement mon niveau d'anglais.

    J'ai pu intégrer l'école que je convoitais, décrocher mon diplôme et trouvé un job quelques jours plus tard. Cette année est une source inépuisable de sujets de conversation. Je ne perds pas une occasion de conseiller aux plus jeunes de partir.

    Aujourd'hui j'attends la visite de ma famille d’accueil en France, j'espère que ce sera pour bientôt. J'ai régulièrement des nouvelles de la part des enfants.

    Si c'était à refaire, je repartirais. Et j'étendrais pour une deuxième année !

  • Plus >
    Fermer >

    Mélissa á Oakland

    Mélissa

    Participant Report

    États-Unis

    Au pair USA, Expérience, Melissa

    Mélissa á Oakland

    Nom: Mélissa
    Âge: 26
    Au Pair in: Oakland, CA, États-Unis
    Adresse: Sevres, France
    Durée: 12 Mois

    Mélissa à Oakland

    Je suis partie pour les USA le 18 Aout 2014, très impatiente et confiante à propos de mon année au pair.

    J’appréhendais cependant énormément mon arrivée dans ma première host family en Virginie, les différents échanges que nous avions pu avoir avant mon arrivée n’étaient pas très chaleureux. C’était une famille avec un enfant unique : adolescente avec une maladie neurologique. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle ne soit pas capable de communiquer du tout et n’ai aucune autonomie, que mon rôle était de l’aider dans les gestes de la vie quotidienne comme la doucher, la nourrir et gérer ses crises de frustration de plus en plus fréquente dû à son adolescence. Cette première expérience m’a mise en difficulté et ne correspondait pas du tout à mes attentes du travail d’au pair, je suis donc partie en rematch. L’entente n’étant pas au beau fixe entre la famille et moi, j’ai donc habité avec mon area director durant les deux semaines. J’ai ainsi pu poser les bonnes questions lors des entretiens que j’ai pu avoir avec les différentes familles et faire un meilleur choix.

    Je suis donc repartie dans une nouvelle famille d’origine indienne composée de deux enfants de 3ans et 18mois. Là encore, je me suis retrouvée en difficulté et mal à l’aise avec certaines coutumes et je me suis aperçue que ces âges ne me correspondaient pas, nous avons donc décidé d’un commun accord d’entamer un processus de rematch.

    Une famille de Californie a repéré mon profil, on a commencé à faire connaissance et contrairement aux entretiens par Skype que j’avais pu avoir avec les autres familles, le feeling est passé immédiatement. Nous avons donc matché rapidement et je suis allée vivre en Californie le 3 Octobre 2014. J’ai eu l’immense plaisir de m’occuper de deux enfants un garçon de 7ans et une fille de 9ans.

    Ce qui m’a vraiment plût est le fait que je fasse partie intégrante de la famille et non une simple employée, la communication avec mes host était facile et ouverte, dès que j’étais en difficulté je savais que je pouvais facilement leur en faire part et elles me donnaient des conseils sur comment gérer au mieux la situation, quand je me sentais homesick j’ai pu leur en parler et elles m’ont réconfortée. J’ai passé d’excellents moments de rigolades avec les enfants et les voir grandir et s’épanouir m’a aussi fait grandir et m’épanouir. Elles respectaient mon temps off et mon intimité, j’avais vraiment le sentiment d’être considéré comme une adulte. C’est pour cela que j’ai choisi de continuer une deuxième année en tant qu’au pair.

    Mon retour en France n’a pas été facile, j’ai dû me réhabituer à tout et je recherche toujours actuellement un travail.

    Malgré le début compliqué de mon aventure, j’ai vraiment trouvé une deuxième famille. Je pense que la communication est la clé de la réussite. J’ai rencontré des personnes fantastiques aussi bien au pair qu’américaine et je sais qu’on gardera contact longtemps, j’ai visité des régions que je ne pensais pas voir un jour. S’il fallait recommencer l’aventure, je recommencerais sans hésiter.

  • Plus >
    Fermer >

    Julia à Melbourne

    Julia

    Participant Report

    Australie

    Au pair Australie, Expérience, Julia

    Julia à Melbourne

    Nom: Julia
    Âge: 20
    Au Pair in: Melbourne, VIC, Australie
    Adresse: Venterol, France
    Durée: 12 Mois

    Julia à Melbourne

    Tout d'abord, je voulais partir afin de parler couramment l'anglais, c'était un rêve de longue date que je voulais voir se réaliser. A cette époque j'avais mis mes études de côté et je travaillais en tant que commis de cuisine pour un restaurant de la petite ville où j'ai grandi.

    Lorsque je me suis décidée à partir, j'ai d'abord hésité avec les USA, mais le premier retour de l'agence AuPairCare a été l'Australie, aussi je me suis dit "pourquoi pas"!

    Je n'avais aucune appréhension, j'avais été en colocation avec un belge qui était parti dans le pays quelques mois plus tôt et qui n'avait pas eu une très bonne expérience, aussi je me disais que tout est relatif et que mon voyage serait différent.

    Je ne connaissais rien de l'Australie avant de partir, j'ai tout découvert sur place et je crois que c'est cela qui m'a aussi permis d'avoir une meilleure expérience : mon étonnement a été grandissant !

    La famille qui m'a accueillie a été la première à consulter et valider mon profil, et la connexion a été directe. Je me rappelle encore de la phrase qui m'a fait prendre conscience que je voulais travailler avec eux : "il n'y a pas de problème, seulement des solutions". Je suis d'ailleurs très heureuse que cette rencontre se soit déroulée de cette manière, à savoir la consultation et le choix du profil d'une personne/famille dont on possède des détails précis.

    J'ai été assez stressée lors des premiers échanges et entretiens Skype, mais une fois sur place, la famille Scott a vraiment su faire en sorte que je me sente tout comme chez moi. Les parents ont été d'une aide et d'une attention particulière, et nous continuons encore à ce jour à nous donner des nouvelles par emails (messages et photo) donc je continue à voir grandir les enfants.

    Je peux sans conteste dire que les 7 mois passés en leur compagnie à Melbourne a été la première plus excitante expérience de ma vie, et je pourrais la revivre de la même manière encore et encore sans me lasser!

    Ma relation avec les parents et enfants a donc été très fluide, facile et fortement agréable : c'est comme ci je les avais toujours connu et vécu avec eux. Nous avons beaucoup partagé (cuisine, langage, culture, ...) et je me suis rendue très disponible afin de l'expérience soit la meilleure pour eux comme pour moi.

    Mon retour en France a été dur, j'étais vraiment triste de quitter la vie que j'avais mis en place en Australie, mais je garde un souvenir incroyable de cette expérience. Je suis fort contente d'avoir trouvé l'agence AuPairCare, et d'avoir fait ce voyage, et si l'occasion se représente je n'hésiterai pas à recommencer.

     

  • Plus >
    Fermer >

    Sarah à Alabama

    Sarah

    Participant Report

    États-Unis

    Au pair USA, Expérience, Sarah

    Sarah à Alabama

    Nom: Sarah
    Âge: 21
    Au Pair in: AL, États-Unis
    Adresse: Xhendelesse, Belgique
    Durée: 12 Mois

    Sarah à Alabama

    Il y a quelques années, j’ai eu envie de partir à l’étranger pour apprendre l’anglais. J’ai commencé à me renseigner pour prendre des cours et j’ai très vite déchanté car je n’avais pas les moyens de payer 10.000€ pour 9 mois de cours. Alors, j’ai commencé à chercher un autre moyen de partir et je suis tombée un peu par hasard sur le blog d’une au-pair. Je ne savais pas trop ce que c’était d’être au-pair, je n’en avais jamais entendu parler. J’ai donc commencé à me renseigner, lire des blogs de filles au-pair, visiter un forum en particulier et le programme au-pair est, en fait, devenu comme une évidence pour moi.

    J’ai toujours aimé m’occuper d’enfants et j’étais animatrice pour un mouvement de jeunesse pendant plusieurs années. J’ai donc continué à me renseigner sur le programme, suivi des cours d’anglais intensifs (pour avoir les bases car je n’avais jamais suivi de cours) et puis je me suis lancée dans les démarches. J’avais bien sûr des tonnes d’idées, d’envies quant au lieu où je voulais aller, la famille, les enfants, etc… Après quelques mois de démarches, j’ai trouvé ma famille. J’ai eu un coup de cœur, le genre de choses que l’on ne peut pas expliquer, mais qu’on sait au fond de soi. Je suis donc partie rejoindre ma famille en Alabama -Home sweet home-, certes cet état ne me faisait pas rêver, et ce n’était pas forcément là-bas que j’imaginais vivre. Mais, j’ai sans aucun doute passé la meilleure année de ma vie ! Ma famille était géniale, je me suis attachées très vite aux enfants dont je m’occupais, 3 garçons. J’ai pu vivre des expériences fabuleuses, découvrir de nouvelles coutumes et habitudes, voyager avec mes amies ou avec ma famille et apprendre beaucoup de choses sur moi-même.

    Cette année passée aux USA en tant qu’au-pair a été la plus enrichissante de ma vie et je peux clairement dire que j’en suis ressortie grandie. Je suis plus sûre de moi et mieux dans ma peau.

    Cette expérience est vraiment quelque chose à vivre, au moins une fois dans sa vie, quelque chose d’unique et de magique, même si c’est sûr qu’il y a eu des hauts et des bas. Tout n’a pas été toujours rose, mais je ne me suis pas découragée. C’était mon rêve, donc je me suis battue pour le réaliser, malgré les premiers doutes, les premières incompréhensions et parfois le blocage de la langue. Être au-pair ce n’est pas partir en vacances, c’est un vrai job, à plein temps. Mais quand on aime ce que l’on fait, les petites périodes creuses sont vite oubliées et remplacées par la joie quand les enfants te disent qu’ils t’aiment ou que tu es la meilleure au-pair, par exemple.

    Je suis toujours en contact avec ma famille et j’ai eu le plaisir de leur rendre visite en juillet 2016, de revoir mes petits -plus si petits que ça- et de passer du temps avec eux, après plus de 2 ans sans les avoir vus.

    Comme on dit : « Travelling is the only thing you buy that makes you richer ».

    Je suis riche de souvenirs, d’expériences et de voyages et quand j’y repense, je me dis que j’ai eu de la chance de pouvoir réaliser mon rêve ! Je pense sincèrement que quand l’on veut quelque chose, on PEUT l’obtenir si l’on s’en donne les moyens. Alors foncez, si c’est ce que vous voulez faire, go for it ! Bien évidemment, après une année aux USA, j’ai pu améliorer mon anglais et donc atteindre mon premier objectif de le parler couramment.

    Je suis maintenant revenue depuis quelques années -déjà, le temps passe trop vite-, mais j’ai la chance de pouvoir continuer à rêver un petit peu chaque jour grâce à mon travail. Je travaille maintenant pour l’agence qui m’a permis de partir vivre mon rêve ; Aupaircare. J’aide les futurs au-pairs à pouvoir réaliser leur rêve et partir aux USA pour vivre l’expérience à leur tour. Je n’aurais pu imaginer un meilleur retour en Europe que celui-ci, aider, guider, rassurer, conseiller les futurs au-pairs.

    Alors foncez !

    Sarah 

     

  • Plus >
    Fermer >

    Jessica à Washington, D.C.

    Jessica

    Participant Report

    États-Unis

    Au pair USA, Expérience, Jessica

    Jessica à Washington, D.C.

    Nom: Jessica
    Âge: 23
    Au Pair in: Washington, DC, États-Unis
    Adresse: Sarcelles, France
    Durée: 12 Mois

    Jessica à Washington, D.C.

    Quinze jours après la validation de mon dossier par AupairCare, je reçois ma première demande d’ interview, une famille de Washington DC deux magnifiques petites filles et une troisième en route. Un peu de stress et d’appréhension pour le rdv Skype, vont-ils comprendre mon anglais ? Combien de temps la conversation va durer ? vais-je leur plaire ?

    Finalement tout s’est très bien passé, on a discuté 45 minutes et j’ai eu un vrai coup de cœur.

    Second rdv Skype cette fois avec les puces et en raccrochant, je me suis dit « c’est eux !!! » Quelques jours plus tard je reçois un mail de leur part me proposant d’être leur fille aupair. Yessssssss match ! J’accepte avec plaisir, départ prévu le 20 janvier 2014, cela me laisse 4 mois pour me préparer à cette magnifique aventure.

    Jour J, j’étais surexcité malgré la tristesse de ma famille et mes amis. Arrivée aux USA en commençant par le stage, une super expérience et des rencontres des quatre coins du monde.

    Départ pour ma futur maison à Washington, Ca y est l’aventure commence.

    Ma host family est encore plus géniales que ce que j’imaginais, j’ai rencontré pleins d’autres filles aupair, je m’acclimate très vite à ma nouvelle ville (mise à part le froid et la neige).

    Découverte de la culture américaine, soirée entre amis, road trip et découvertes des villes tout au long de mon année.  

    A mon arrivée le bébé était né, j’avais donc 3 petites filles de 3 mois, 3 ans et 5 ans.

    A ma grande surprise mes hosts parents m’ont tout de suite accordé une confiance totale, ce qui m’a énormément aidé avec les filles. Elles m’ont très bien accueillis tout s’est fait très naturellement mais soyons honnête 3 enfants de bas âge c’est du boulot !! Mes journées étaient bien remplies entre le bébé et l’agenda des filles chargés par les playdates et autres activités. J’étais par moment vraiment épuisé physiquement et moralement mais grâce à mes supers host parents mon année s’est déroulé parfaitement sans le moindre conflit, ils ont étaient géniaux avec moi durant toute mon année. Je me sens vraiment chanceuse d’avoir vécu une expérience aussi belle et enrichissante avec une magnifique famille car j’ai vu beaucoup de personnes qui n’ont pas eu cette chance…..

    Partager la vie d’une famille qui vous accueille comme un membre à part entière et vous accorde une confiance totale c’est juste magique, un pur bonheur !

    Toutes bonnes choses ayant une fin, le retour en France se rapproche ! Ce fût pour moi le moment le plus difficile de mon année, entre les doutes sur l’extension ou pas de mon année, le manque de mes proches, l’appréhension de quitter la famille. Je finis par prendre ma décision après des nuits d’insomnies et de réflexions, je rentre en France, il était temps pour moi de démarrer ma vie active ! A compter de ce jour, j’ai profité à fonds des filles qui étaient extrêmement triste de mon départ à en pleurer tous les jours. J’étais tellement triste de quitter cette super famille devenue la mienne, de me séparer des enfants, du bébé que j’avais vu grandir mais j’avais pris ma décision. Arrivée en France, très heureuse de retrouver ma famille et mes amis je rentre la tête pleine de magnifiques souvenirs.

    Cette expérience m’aura changé à jamais, je rentre grandis avec une vision totalement différent, beaucoup plus matures et surtout bilingue !

    Aujourd’hui 2 ans plus tard je suis toujours en contact avec ma host family et j’ai régulièrement des photos et des nouvelles.

    Merci à Aupaircare pour cette super aventure !

     

  • Plus >
    Fermer >

    Au pair en Australie- Mon témoignage

    Célia

    Participant Report

    Australie

    Au pair Australie, Expérience, Célia

    Au pair en Australie- Mon témoignage

    Nom: Célia
    Âge: 21
    Au Pair in: QLD, Australie
    Adresse: Rueil Malmaison, France
    Durée: 6 Mois

    Mon témoignage 

    Je m’appelle Célia, j’ai 21 ans. Je vais vous relater l’expérience unique de mon séjour en Australie réalisé grâce à AupairCare de février 2014 à février 2015.

    Mon rêve depuis l’adolescence était de partir vivre une expérience hors du commun à l’étranger et, comme beaucoup de jeunes, l’Australie était ma destination de prédilection. Après l’obtention de mon bac je me suis mise en quête de réaliser ce rêve.  J’ai souvent voyagé à l’étranger avec mes parents ce qui m’a donné le goût de découvrir d’autres horizons et de nouvelles cultures. Par ailleurs,  depuis l’âge de 14 ans je me suis toujours beaucoup investie avec les enfants (babysitting, colonies de vacances, centres de loisirs). C’est donc tout naturellement que je me suis décidée à partir en Australie en tant que jeune fille au pair.

    J’ai découvert les services d’AupairCare en effectuant des recherches sur internet et les témoignages très positifs sur le site de l‘agence ainsi que  sur les forums m’ont incitée à prendre contact avec AupairCare.

    Le site est très intuitif, j’ai rempli le formulaire de pré-inscription et une conseillère m’a rapidement proposé un premier entretien au cours duquel j’ai exposé mon projet et mes motivations. J’ai été conquise par le professionnalisme et la réactivité de l’agence.

    L’inscription comprend un dossier administratif, une lettre de motivation, des photos, un CV… J’ai été très bien encadrée par la conseillère pour le montage du dossier.

    Très vite j’ai été mise en relation avec une famille basée près de Melbourne, les parents, tous deux militaires, Kylie, 32 ans, Steeve 55 ans et leurs  deux enfants, Aidan, 4 ans et Calum, 2 ans. Le premier contact s’est fait par mail, puis nous avons organisé un premier Skype. Cette étape a été pour moi un peu difficile car mon niveau d’anglais était moyen et l’accent australien un peu déroutant. Mais, la famille m’a mise en confiance, mon expérience auprès des enfants les a rassurés et  à l’issue de l’entretien ils m’ont proposé de les rejoindre en février. Le timing étant idéal pour moi. Le compte à rebours destination le « pays des kangourous » s’est enclenché. Entre novembre et la date de mon départ, le 20 février, nous avons maintenu le contact à plusieurs reprises par Skype.

    Le jour J est arrivé. Je suis à la fois excitée de démarrer cette aventure mais un peu stressée car c’est la première fois que je quitte le cocon familial. Le voyage démarre bien, je vais fêter mes 18 ans dans l’avion et pour cette occasion Emirates m’a surclassée en classe affaires, cool !

    Je suis arrivée à l’aéroport de Melbourne où ma « host mum » est venue m’accueillir. J’ai fait la connaissance de toute la famille ainsi que des grands parents. Steeve et Kylie étant très pris par leur travail j’ai  très vite  pris en charge l’organisation de la maison (préparation des repas, logistique,…) et l’accompagnement des enfants (suivi scolaire, activités du plus jeune). J’ai eu un très bon contact avec les grands parents. J’ai beaucoup discuté avec le grand-père, Gary. Nous avons gardé un lien très fort et aujourd’hui encore nous échangeons beaucoup par skype.

    Le réseau de jeunes au pair est très développé et de nombreux groupes Facebook nous permettent de rentrer en contact avec d’autres expatriés. La représentante de l’agence sur place nous envoie un email chaque mois avec la liste mise à jour de toutes les Au pair en fonction de la localisation. J’ai pu faire des rencontres très sympas avec d’autres jeunes venant du monde entier (Espagne, Royaume-Uni, Allemagne, Chine, Canada…) et avec qui je suis toujours en contact.  Ainsi, le week-end, je suis partie à la découverte du parc national du Promontoire de Wilson ou encore de Sydney.

    Bien que mon expérience avec cette famille m’ait beaucoup apporté, elle n’était pas en totale adéquation avec mes attentes. Après 2 mois, nous avons décidé d’écourter notre collaboration. Cela coïncidait avec le congé maternité de Kylie qui était plus présente à la maison et de ce fait avait donc moins besoin de mes services.

    J’ai fait la démarche, auprès d’AupairCare, pour changer de famille. Cette décision n’a pas été facile à prendre pour moi mais mon contact AupairCare en Australie ainsi que l’équipe en France ont été très présentes et de bon conseil. Je n’ai donc pas vécu ce départ comme un échec et j’ai pu trouver les ressources en moi pour positiver et repartir sur une nouvelle expérience. Ceci m’a également permis de constater que le soutien d’AupairCare est constant tout au long du séjour.

    J’ai noué le contact avec une nouvelle famille du Queensland. Il y a eu un bon feeling entre nous. Je  me suis essentiellement occupée activement des 4 enfants (2, 4, 7 et 9 ans). Leur organisation et leur mode d’éducation des enfants était davantage en adéquation avec ma conception de la vie de famille. J’avais des responsabilités importantes et la totale confiance des parents. Je me suis sentie très à l’aise et je faisais partie intégrante de la famille. J’ai passé 4 mois de rêve avec eux. La maman, médecin, avait souvent des congrès à l’extérieur et nous partions tous ensemble, ainsi j’ai voyagé à plusieurs reprises avec eux pour m’occuper des enfants. La famille vivait à la campagne. De nombreuses activités nécessitaient l’utilisation de la voiture que j’utilisais donc au quotidien. (Il est préférable d’ailleurs, si l’on souhaite partir en Australie, d’être titulaire de son permis de conduire, c’est une suggestion que je ferais à tous les jeunes qui visent cette destination).

    Après ses six mois en tant que jeune fille au pair, et grâce à mes économies, j’ai passé la 2ème partie de mon séjour à voyager avec d’autres membres de la famille AupairCare bien sûr : road trip autour de l’Australie et aussi découverte de la  Nouvelle Zélande et de l’Asie du Sud-est.

    L’expérience AupairCare a été multiple et variée.  Parfois, j’ai dû faire face à des difficultés, principalement lors du séjour dans ma première famille. Je conseille aux futures au pairs de bien prendre le temps de discuter avec la famille, de ne pas privilégier la localisation par exemple mais plutôt le mode de vie de la famille, leur vision de l’éducation des enfants, les tâches à réaliser. En ce qui me concerne, je m’étais peut-être un peu précipitée dans le choix de ma 1ère famille. J’étais une jeune fille plutôt timide, j’ai appris à dialoguer, exposer et défendre mes points de vues, à prendre des décisions. Je me suis beaucoup plus épanouie dans ma 2ème famille. J’ai beaucoup gagné en autonomie, en organisation et aussi énormément perfectionné mon anglais. Je garde un très bon souvenir entre autres, des « soirées filles », nous discutions de tout et de rien tous les vendredis soir, autour d’une pizza, avec ma host mum et ses copines.

    Après ces six mois au pair, j’ai entamé comme je l’avais prévu mon road trip. J’ai rencontré une multitude de personnes, de tous horizons. Parmi mes rencontres les plus marquantes je citerai ma rencontre avec le peuple Maori en Nouvelle Zélande ou mon contact avec les enfants d’une école dans un petit village de montagne au Myanmar ou j’ai été bénévole pendant quelques semaines.

    L’expérience AupairCare a été très enrichissante et la plus marquante de toutes jusqu’à présent. Elle m’a permis de gagner en maturité, de prendre de l’assurance, d’améliorer mon anglais, d’ouvrir mon esprit à d’autres cultures, de faire des rencontres exceptionnelles et de découvrir des paysages magnifiques.

    Je remercie AuPairCare qui a été présent dans toutes les étapes de mon séjour. L’équipe a toujours été à l’écoute et aux petits soins pour moi. J’ai toujours eu les réponses à mes questions et des solutions aux problèmes rencontrés. Je suis également contente d’avoir pu nouer des liens avec d’autres filles au pair grâce à la mise en relation entre nous. J’ai pu faire des rencontres très sympas avec d’autres jeunes avec qui je suis toujours en contact. J’ai privilégié la rencontre avec des personnes non-francophones pour pratiquer l’anglais le plus possible. Aujourd’hui encore j’ai l’impression de faire partie, en quelque sorte de « la famille AupairCare »

    Je suis rentrée en France après ce séjour d’un an avec des idées plus claires sur mon choix d’études. Il était temps de préparer la rentrée scolaire de septembre.

    Deux ans se sont écoulés depuis mon retour. Aujourd’hui je suis étudiante en école de commerce à Strasbourg et je suis très heureuse dans mes études. Mon expérience de l’autre côté du globe m’a beaucoup enrichie et constitue sans aucun doute un atout majeur pour mon avenir, tant à titre personnel que professionnel.

    Je conseille vivement à toutes les jeunes en recherche d’une expérience unique, dépaysante et valorisante de partir en tant que jeune fille/garçon au pair. On en ressort plus fort et la tête pleine de beaux souvenirs.

    It’s an experience of a life-time! 

     

  • Plus >
    Fermer >

    Aby à Waynesboro

    Aby

    Participant Report

    États-Unis

    Au pair USA, Expérience, Aby

    Aby à Waynesboro

    Nom: Aby
    Âge: 20
    Au Pair in: Waynesboro, VA, États-Unis
    Adresse: Moras, France
    Durée: 18 Mois

    Aby à Waynesboro

    Après plus d’un an de préparation, l’obtention du permis de conduire et mon baccalauréat, l’aventure dont je rêvais depuis longtemps a commencé.

    Je me suis donc envolée le 6 janvier 2014 après 1 mois d’interview avec différentes familles américaines, à Waynesboro, petite ville de Virginie à 2h de Washington DC.

    Je me souviens de ce jour comme si c’était hier, ce genre d’expérience on ne l’oublie pas. Il faisait très froid et la neige ainsi que les températures négatives étaient déjà bien installées aux Etats-Unis. Je ne n’ai pas eu de mal à partir et aucune larme de ma part a coulé, jetais tellement heureuse de vivre enfin cette aventure.

    Apres une semaine forte en émotion et en divertissent à New-York avec les autres Au Pairs du monde entier, nous sommes arrivées dans nos familles respectives.

    Ce qui a été le plus important et que ce qui m’a réellement plu, c’est d’avoir eu la possibilité de créer des liens si fort avec les enfants.

    Je me suis occupée de deux enfants de 18 mois et d’un nourrisson de 2 mois. Quand je suis arrivée, le bébé n’était pas encore né, j’ai donc vécu cet heureux événement qu’est la naissance et la joie des parents de la venue d’un nouvel enfant dans leur famille. Cette situation m’a beaucoup appris car j’ai eu un rôle important, il était important pour les enfants que j’ai autant d’attention pour l’un comme pour l’autre sans qu’il ne se sente délaissé par la venue de son petit frère.

    Au début, j’étais en permanence avec ma « host mom » pendant 2 mois pour qu’elle m’apprenne tout ce que je sais aujourd’hui grâce à elle, sur les nourrissons. J’ai beaucoup appris, et je suis très fière d’avoir réussi à gérer le quotidien de deux enfants en bas âges.

    J’ai également eu la chance d’être très proches des grands-parents qui me soutenaient dans  certains moments difficiles émotionnellement  parlant (comme le manque de ma famille pendant les fêtes ou mes deux anniversaires que j’ai passé là-bas).

    Je dirais que ce qui est incroyable dans cette aventure c’est aussi la découverte de destinations superbes lors de nombreux voyages et à la fois de ne pas se sentir complètement seul, loin de nos proches. Nous avons une maison et une famille qui nous accueille et nous considère comme un des leurs.

    Quand je suis revenue en France je me suis sentie bien changée, j’ai beaucoup mûri et j’ai tellement appris sur les enfants et sur la culture américaine et étrangère que j’ai eu la chance de connaitre à travers les connaissances et d’autres au pairs du monde.

    Je suis désormais beaucoup plus ouverte sur le monde et sur ma vision des choses. On apprend beaucoup en se détachant un peu de nos petites habitues et repères qui font notre quotidien. Je suis heureuse d’avoir une seconde famille aux Etats-Unis que je peux visiter quand je le souhaite et d’avoir le bonheur de partager des moments avec les enfants que je considère comment les miens.

     

  • Plus >
    Fermer >

    Marine à New York

    Marine

    Participant Report

    États-Unis

    Au pair Australie, Expérience, Marine

    Marine à New York

    Nom: Marine
    Au Pair in: New York, NY, États-Unis
    Adresse: France

    Marine à New York

    Marine est actuellement Au Pair et partage avec vous son expérience comme Au Pair de 3 enfants de 5 à 10 ans. Marine a pu discuter avec les familles d'accueil entre mars et avril. Une famille d'accueil lui a proposé de devenir leur fille au pair au mois de mai. Marine s'est envolée comme au pair en juillet.  Elle vous donne des conseils très pratiques tirés de sa propre expérience. Elle répond aux questions:

    • pourquoi a-t-elle voulu devenir Au Pair?
    • quelles difficultés a-t-elle rencontré au début?
    • quels sont les aspects qu'elle aime le plus?

    Bonjour à tous et à toutes,

    Voici mon expérience de fille au pair qui j’espère vous aidera à vous lancer dans cette aventure…
    Tout d’abord, pourquoi j’ai eu l’envie de devenir une jeune fille au pair? J’ai toujours eu l’habitude de voyager avec ma famille, de connaître d’autres pays, d’autres cultures… Alors, j’ai encore eu ce besoin d’évasion mais cette fois-ci toute seule pour vivre ma propre expérience, pour me retrouver face à moi-même… et puis bien évidemment découvrir ce pays et cette culture qui me fascine tant!

    Etre fille au pair est l’un des seuls moyens peu cher pour vivre l’expérience à 100% en vivant une année entière avec une famille et en prenant soin des enfants (bien entendu)!

    Je me suis donc lancée dans cette aventure avec une famille New Yorkaise ayant 3 enfants (2 garçons, 10 et 5 ans et 1 fille, 8 ans)! Je dois préciser que le choix de la famille est très important, ne prenez pas votre décision trop vite! Il est important de bien réfléchir sur le nombre d’enfants, leur âge, la ville.

    Ensuite quand on arrive dans la famille je pense que chaque personne vit l'arrivée à sa manière… Je pense qu’il faut être patient. Que ce soit avec les enfants ou aussi bien pour sa propre adaptation car au début il est difficile de trouver ses marques, de se sentir réellement bien… Mais ça, il s’agit d’un travail sur soi-même… Pour ma part, les trois premières semaines n’étaient pas simples, j’étais perdue, je me demandais pourquoi j’étais là, cette culture si différente ne m’aidait pas à prendre mes repères… puis petit à petit la patience a fait son travail et à l’heure actuelle (après plusieurs mois d’aventure) je me sens comme chez moi ici, je me sens comme un membre de la famille.

    Je pense qu’il est également primordial d’être ouvert d’esprit... En effet, si vous ne vous ouvrez pas à cette nouvelle culture, cette nouvelle façon de vivre, à d’autres personnes... vous n’arriverez pas à vous sentir bien...

    Pour ce qui est des coups de blues, j’en ai bien sur eu et j’en aurais encore mais il faut les surmonter et ne pas craquer au point d’arrêter l’expérience. Je me suis donnée l’opportunité de vivre cette aventure, je ne lâcherai pas... On a tous une bonne excuse pour rentrer dans son pays : on a laissé une meilleure amie, son petit copain, un problème familial, quelqu’un de malade... mais la différence entre les personnes qui font l’expérience entièrement et les personnes qui arrêtent sont celles qui ont le mental de faire face aux difficultés et celles qui ne l’ont pas!

    J’ai su créer des liens forts avec ma famille... Je cuisine avec ma host, je joue avec les enfants même quand je ne suis pas censée les garder (pas tout le temps non plus!!), je regarde des films avec eux, beaucoup de communication... Il faut agir en tant que personne et n’ont pas en tant qu’employé!!

    Une dernière chose à ajouter : savourez la chance qu’il vous est donnée de vivre une expérience humaine hors du commun, certains ont choisi de faire Koh Lanta ou bien Pékin Express, un conseil choisissez Au Pair aux Etats-Unis!!

    Marine

  • Plus >
    Fermer >

    Gabrielle à Los Angeles

    Gabrielle

    Participant Report

    États-Unis

    Au pair Australie, Expérience, Gabrielle

    Gabrielle à Los Angeles

    Nom: Gabrielle
    Âge: 19
    Au Pair in: CA, États-Unis
    Adresse: Vosges, France
    Durée: 12 Mois

    Gabrielle à Los Angeles

    Elle partage avec vous son expérience comme Au Pair de deux bébés de 2 mois et d'une petite fille de 5 ans. Elle vous raconte comment elle a vécu son année Au Pair étape par étape:

    • Depuis la pré-inscription en ligne à l'accueil de la part de sa "Host Family" à l'aéroport en passant par les 3 jours à New York.
    • Puis comment son année s'est déroulée, les cours, les surprises.
    • Et enfin ce qu'elle a appris sur elle et sur le monde.
       

    Je m’appelle Gabrielle, j’ai 19 ans et j’habite dans les Vosges. J’ai été fille au pair en Californie pendant une année de février 2008 à février 2009.

    J’ai décidé de me lancer dans ce projet car je venais d’avoir le baccalauréat et je m’en étais bien sortie, mais je n’étais pas sûre de mon avenir : je ne savais pas réellement dans quel domaine me lancer. Je me suis donc inscrite par internet sur AuPairCare. Je pensais que les démarches administratives seraient très compliquées, mais elles se sont avérées plutôt faciles. J’ai trouvé une famille d’accueil rapidement, même si nous avons énormément discuté pour être sûr de bien s’accorder.

    Je me suis donc vite retrouvée à New York pour les 3 jours d’entraînement. Pendant ce petit séjour, j’ai beaucoup appris sur la façon de me comporter en cas de difficultés, les mœurs américaines et les lois que je devrai respecter. Ces cours étaient vraiment importants pour moi comme pour toutes les autres filles car nous avions beaucoup d’inquiétudes et de questions. Mais je me suis également beaucoup amusée pendant ces trois jours : nous étions tous dans la même situation et il était donc très facile de se faire des amis. Nous avons aussi eu la possibilité de visiter New York et nous avons beaucoup appris les uns des autres.

    Puis il a fallu prendre l’avion pour aller de New York à Los Angeles. Là, ma famille d’accueil m’attendait. J’étais très nerveuse! Puis j’ai vu une jolie pancarte avec mon nom et une petite fille : Chloé, l’aînée de la famille qui a, à présent, 5 ans. Ensuite Weni, ma « host mom » m’a prise dans ses bras et je me sentais beaucoup mieux! Ils m’avaient même apportée des fleurs! Chloé m’a pris la main et nous sommes rentrés dans ce qui était mon nouveau chez moi! A la maison, deux petits bébés m’attendaient : Drew et Colette qui sont des faux jumeaux! A mon arrivée, ils avaient 2 mois! Ils étaient trop mignons bien sûr, et j’ai donc craqué! Mais en même temps j’avais un peu peur! Ils me semblaient si petits! J’avais un peu peur de les casser!

    J’étais arrivée un jeudi. Le soir je suis restée avec la famille d’accueil jusqu’à 1 heure du matin (ce qui faisait 4 heures à New York). J’étais vraiment heureuse de pouvoir bien parler avec eux!
    Le lendemain j’ai commencé à aider! Je n’étais pas sensée travailler mais je voulais apprendre le plus possible pour être sûre de savoir quoi faire dans toutes les situations! Il y avait beaucoup de choses à retenir mais je m’y suis vite mise! J’essayais vraiment de poser toutes les questions qui me venaient à l’esprit pour être sûr de tout savoir et de tout comprendre.

    J’essayais également de passer le plus de temps possible avec Chloé pour mieux la connaître. Il n’y avait aucun problème de ce côté puisqu’elle avait toujours besoin de quelqu’un avec qui jouer!

    Puis les véritables heures de travail ont commencé et tout s’est plutôt bien passé. Je faisais toujours tout ce que je pouvais et ma famille d’accueil le savait bien. Je pense qu’ils appréciaient vraiment le fait que je sois quelqu’un de volontaire. Pour moi il ne s’agissait pas de finir mes heures et de disparaître: j’aidais quand je voyais que quelqu’un avait besoin d’aide. Je pense que ma famille d’accueil et moi-même, avons réellement privilégié le côté familial de l’expérience: je faisais complètement partie de leur famille dans le sens où ils m’acceptaient telle que j’étais, et je leur prouvais que je faisais en effet partie de leur famille en aidant pas mal ou juste en participant à la vie familiale! De cette façon je participais aussi aux activités extérieures qu’ils me proposaient. Nous avons été à Disneyland ensembles, aux fêtes du coin ou simplement au restaurant, cinéma…

    J’ai beaucoup visité Los Angeles aussi et j’ai pu assister à des évènements auxquels je n’aurais jamais pensé pouvoir accéder, en tout cas impossible pour moi! J’ai pu rencontrer Julie Andrews lors d’une dédicace par exemple, j’ai assisté à deux comédies musicales : « Wicked » et « 9 to 5 », je me suis promenée de nombreuses fois à Hollywood, je suis allée dans de nombreux parcs d’attraction et musées…

    Cette année en tant que fille au pair m’a également permis de découvrir beaucoup sur le reste du monde et surtout sur la Chine. En effet en Californie, on se rend compte que la population a des origines très diversifiées. On entend souvent parler espagnol et chinois mais aussi de nombreuses autres langues. Dans ma famille d’accueil Weni était issue d’une famille chinoise. Je m’entendais très bien avec la grand-mère de la famille et même l’arrière grand-mère. La grand-mère, Connie, m’a fait découvrir énormément de choses sur sa culture et la Chine.

    Grâce au programme proposé par AuPairCare, j’ai aussi eu la possibilité de prendre des cours. Le choix des cours était multiple et j’ai opté pour une solution qui m’a permis de suivre plusieurs disciplines différentes : italien, espagnol, grammaire, chant et arts plastiques.
    Avant de partir pour cette aventure, j’étais quelqu’un de très stressée, très peu sûre de soi-même et je ne me sentais pas capable de faire quoique ce soit toute seule. Et pourtant je me suis débrouillée toute seule dans un pays étranger. J’ai pris de grosses responsabilités en acceptant de m’occuper des petits bouts de Weni et Doug et je suis fière de ce que j’ai accompli! Bien sûr ce n’était pas facile tous les jours… parfois j’étais fatiguée mais je me suis surprise toute mon année: j’ai l’impression d’avoir assuré dans mon projet et d’avoir été reconnu pour mon travail. Pour rien au monde je ne changerais un seul moment de mon année!

    Je suis reconnaissante à ma famille d’accueil bien sûr! Ils m’ont aidée à grandir et à voir mes qualités!
    A présent je suis de retour en France et j’essaie de reprendre la vie que j’avais laissée auparavant mais d’une autre manière! J’ai évolué et de ce fait ma vie aussi évolue!

    Ma famille d’accueil me manque énormément! Nous nous parlons toujours mais ce n’est pas la même chose bien sûr! Les sourires et câlins des 3 petits me font défaut! Ils m’ont réellement donnée beaucoup d’amour et je les aime aussi de tout mon cœur!

    Gabrielle

  • Plus >
    Fermer >

    Delphine à San Francisco

    Delphine

    Participant Report

    États-Unis

    Au pair USA, Expérience, Delphine

    Delphine à San Francisco

    Nom: Delphine
    Âge: 21
    Au Pair in: San Francisco, CA, États-Unis
    Adresse: France
    Durée: 12 Mois

    Delphine à San Francisco

    Delphine vous décrit comment une idée, qu'elle avait depuis longtemps, est devenue réalité: son expérience au pair a été pour elle une étape déterminante. Elle recommence cette expérience en été, mais les USA ont été pour elle l'occasion de vivre toute une année comme au pair. Elle vous raconte ce qu'elle a ressenti tout au long de l'année. Comment les doutes surgissent et s'estompent, les joies et les souvenirs qui restent.

    Delphine partage avec vous:

    • le début, le choix de l'organisme
    • la partie la plus existante, les familles
    • la vie sur place comme au pair

    Je m’appelle Delphine, et j’ai été au pair aux USA de juin 2008 à juin 2009, lorsque j’avais 21 ans. J’habitais à El Cerrito, juste à côté de San Francisco, en Californie et je m’occupais de trois garçons : Grant, Owen et Henry. J’ai passé une année fantastique, la plus grande expérience de ma vie et je vous souhaite que cela vous arrivera à vous aussi !

    Personnellement, cela faisait des années que je rêvais de partir aux USA. Le problème c’était qu’à cause des études, ce n’était pas facile de partir un an. Avant les USA, j’étais au pair pendant l’été. C’était super, mais ce n’était pas possible aux USA. Puis, l’occasion s’est présentée, j’ai pu prendre une année au milieu de mes études. J’ai sauté dessus et ai de suite recherché un organisme pour partir.

    Au début, ce n’était pas facile car il existe divers organismes, j’étais un peu perdue. Après avoir fait le tour de tous les sites internet, celui d’AuPairCare avait clairement retenu mon attention. J’ai donc décidé de commencer les démarches en envoyant ma pré-inscription. A peine quelques jours plus tard, je recevais un coup de téléphone d’AuPairCare. J’avais l'équipe AuPairCare au téléphone et j’ai été vite rassurée ; ils ont su répondre à toutes mes questions, ils m’en ont eux-même posé beaucoup et j’ai vraiment eu le sentiment de parler à un organisme sérieux. Cela s’est ensuite vérifié tout au long de ma candidature et de mon année aux USA.

    La partie la plus excitante de la candidature était lorsque les familles d’accueil potentielles ont commencé à me contacter. C’était aussi une étape pas très évidente car c’est le moment où je devais choisir la famille qui allait m’accueillir pendant un an. Personnellement, j’ai été en contact avec très peu de familles d’accueil car la première a été la bonne ! En fait, il n’y a pas de règle à ce moment-là pour trouver la bonne famille, il faut juste faire confiance à son instinct. C’est tout !

    Ma famille d’accueil trouvée, je me suis alors envolée pour les USA. J’étais super excitée, mon rêve se réalisait ! Dans l’avion, nous étions plusieurs au pairs d’Europe à partir en même temps. Nous avons ensuite été accueillies à l’aéroport à New York par AuPairCare, puis conduites à l’hôtel dans lequel nous allions passer quatre jours. L’arrivée à New York, c’était un mélange d’excitation et de tristesse car, certes, je réalisais son rêve, mais je venais aussi de quitter ma famille que je ne reverrais pas avant un an. Cela faisait plaisir d’être entourée de plein d’au pairs qui vivaient la même chose que moi.

    Après deux vols supplémentaires pour arriver à San Francisco, je rencontrais enfin ma famille d’accueil ! A ce moment-là, il n’y avait que deux enfants dans la famille car la maman était encore enceinte du petit dernier. Je suis arrivée au début des vacances d’été des enfants, donc ils étaient à la maison toute la journée. Ce n’était pas évident au début de prendre mes marques. Même si nous avons beaucoup de points communs avec les USA car par exemple on écoute la même musique, on regarde les mêmes films, les mêmes séries, il n’en reste pas moins que c’est vraiment une culture différente. Personnellement, les USA ont été mon plus gros choc culturel. Certaines choses pouvaient me paraître choquantes ou surprenantes alors que c’était normal pour eux, et inversement. Pour éviter tout malentendu, il faut vraiment parler avec la famille, les enfants et ne pas hésiter à dire lorsqu’on est surpris par quelque chose.

    Deux mois plus tard, le bébé est né et tout a changé car la maman était alors à la maison, et les enfants avaient repris l’école. C’était un nouveau rythme à prendre et c’est pour cela qu’il faut être flexible lorsqu’on est au pair. J’ai bien aimé les divers changements au cours de l’année et il y en a eu plusieurs, notamment lorsque la maman a repris le travail. J’ai vraiment le sentiment de ne m’être jamais ennuyée. Ni pendant les journées de travail (avec trois garçons, vous me direz… !), ni pendant mes moments « off ». J’ai rapidement rencontré du monde car notamment j’avais la liste de toutes les au pairs de la région, fournie par AuPairCare. J’ai aussi pu faire connaissance avec des américains en allant en cours. J’avais la chance d’habiter à côté de UC Berkeley, donc j’ai pu prendre des cours dans cette université.

    Les amis que je me suis fait sont rapidement devenus des compagnons de voyages. Car oui, quand on est au pair, on a l’occasion de beaucoup voyager. Avec la famille d’accueil d’une part, en rendant visite aux grands-parents pour les fêtes par exemple, mais aussi durant les jours de vacances que l’on peut prendre. A raison d’un week-end de libre par mois, plus 10 jours de vacances que l’on peut prendre pendant toute l’année, cela fait beaucoup d’opportunités. Personnellement, j’ai visité Los Angeles, Las Vegas, le Grand Canyon, Seattle, Chicago, Montréal, New York, Hawaii, et plein d’autres endroits encore ! C’était fantastique !

    Pour résumer, j’ai passé une formidable année aux USA, et je recommande vivement l’expérience au pair à tous ceux qui aiment les enfants ! Je suis toujours en contact avec ma famille d’accueil, qui me manque terriblement d’ailleurs. Il me tarde de retourner leur rendre visite un jour ! J’espère que mon expérience vous aura donné l’envie de partir vous aussi, et n’oubliez pas que ceci est mon aventure, elle est unique, et que la vôtre le sera aussi !

    Delphine

  • Plus >
    Fermer >

    Aude à New York

    Aude

    Participant Report

    États-Unis

    Au pair USA, Expérience, Aude

    Aude à New York

    Nom: Aude
    Au Pair in: New York, NY, États-Unis
    Adresse: France
    Durée: 12 Mois

    Aude à New York

    Aude revient sur son séjour au pair de 1 an et demi pendant lequel elle s'est occupé de 2 garçons de 2 et 4 ans. Elle aborde 3 grands sujets importants:

    • le niveau d'anglais avant-aprés
    • L'éducation américaine vs. européenne - sa famille d'accueil et vous donne des conseils pour trouver la vôtre
    • Ce qu'être au pair lui a apporté

    Mon expérience de fille au pair aux Etats-Unis a duré un an et demi, si cela peut paraître long à certain(e)s, ça passe en fait très vite. Je me suis occupée de 2 garçons de 2 et 4 ans dans une famille typiquement américaine et très occupée à Manhattan, New York. Ce fut une aventure encore plus enrichissante que je ne l'aurais jamais imaginé.

    J'ai toujours recherché l'évasion et le dépaysement et je souhaitais apprendre l'anglais, pour avoir un atout supplémentaire dans ma recherche de jobs. Comme j'avais l'habitude de garder des enfants lors de soirées ou parfois les week-ends pour gagner un peu d'argent, devenir Au Pair m'a alors semblé comme fait pour moi. Cet échange culturel me permettait de m'immerger totalement dans une culture anglophone tout en étant très avantageux et très accessible financièrement. Je me suis donc lancée dans l'aventure sans hésiter!

    Mon niveau d'anglais Avant-Après

    Comme beaucoup de Français, après 10 ans d'anglais à l'école, j'avais quand même un niveau très basique en anglais. J'étais capable de tenir une petite conversation très simple mais pas plus. J'étais cependant très motivée pour améliorer mon niveau. Et cela se fait très rapidement car j’ai dû parler forcément!

    Avec la famille d'abord, s'il arrive qu'un des parents parle français, ça ne veut pas dire que l'on ne va pas progresser. L'autre parent aura besoin aussi de vous comprendre, tout comme les grands parents, le reste de la famille à qui vous rendrez visite, les voisins, les maitresses des enfants, les amis des enfants (ou parents des amis lors des playdates), les coaches de sport ou d'autres activités, les gens dans la rue ou dans les magasins lorsque vous avez besoin de quelque chose, les autres au pairs lors des meetings, etc.

    Toutes ces personnes ont une façon différente de parler, un vocabulaire différent, plus vous parlez à des personnes différentes plus vous améliorerez votre anglais. Et plus vous parlez, plus vous pratiquez et plus cela devient naturel, plus on devient bon, c'est comme pour tout. La TV, la radio, les panneaux publicitaires et indications tout autour de vous seront aussi en anglais.Ainsi sans même que je m'en rende compte, je me suis habituée à la langue anglaise presque sans effort (presque !)

    L'apprentissage de l'anglais se fait alors naturellement tout au long de l'année. Et puis n'oubliez pas que vous avez aussi 6 crédits à compléter, soit 60 heures de cours d'anglais par exemple. Après seulement quelques mois aux USA, il vous sera déjà dur de trouver certains mots en français lorsque vous appellerez votre famille ou vos amis en France. Pour ma part, je suis même revenue avec un accent américain en français, alors que le français est ma langue maternelle!

    L'éducation américaine vs. européenne - ma famille d'accueil et des conseils pour trouver la votre

    L'éducation américaine est très différente de l'éducation française ou européenne. Dans ma famille, et dans certaines autres autour de moi, l'enfant était roi. J’ai parfois eu du mal à me faire obéir. Je pense que la seule grosse difficulté que j'ai rencontrée fut l'éducation des enfants.

    S'il est difficile de s'imposer au début auprès des enfants, les parents recherchent avant tout le meilleur pour leurs enfants. En essayant petit à petit une nouvelle règle, une idée ou une nouvelle façon de faire (ex: trouver un autre système que le chantage ou le coin), cela finit par payer et tout le monde y trouve son compte. Les enfants vous obéissent, les parents sont contents d'avoir des enfants qui se comportent bien et les enfants, eux, vous apprécient un peu plus chaque jour.Même si s'occuper des enfants à temps plein peut parfois s'avérer dur (les enfants ont beaucoup d'énergie et les français ne sont pas habitués à travailler 45 heures par semaine!), je me suis toujours beaucoup amusée avec eux et en famille!

    Le choix de la famille est très important. Lors de la procédure de matching, prenez bien soin de discuter avec la famille, que ce soit par téléphone, e-mail ou Skype sur les sujets importants avant de faire votre choix : la personnalité des enfants, ce que les parents attendent vraiment de vous, les règles que vous aurez à suivre dans la maison, leur façon de voir les choses, etc.

    Ne vous décidez pas sur un coup de tête lorsque la première famille vous appelle, ni lorsque vous pensez ne plus avoir assez de temps pour trouver une famille. Pensez à poser des questions sur les sujets de la vie en commun, votre emploi du temps et vos responsabilités dès le premier contact. Le tout étant que la famille que vous choisissez vous corresponde, soit "match" en anglais. ;)

    Que cela signifie-t-il d’être au pair ?

    Être au pair aux USA pendant un an (ou plus) est une expérience qui, quoiqu'il arrive, fera désormais parti de votre parcours et restera une étape positive pour le reste de votre vie. Car pour moi, cette expérience ne se résume pas uniquement au fait de voyager, découvrir un autre pays et apprendre une nouvelle langue.

    C'est seulement après le retour que je me suis rendu compte combien cette expérience a été bénéfique : j’ai muri énormément et en peu de temps, appris beaucoup sur moi-même, j’ai découvert ce que je voulais vraiment faire dans ma vie professionnelle et j’ai de nouvelles opportunités qui s'ouvrent à moi. Je peux voir les choses d’une nouvelle façon. Je me suis fait des amis venant de partout dans le monde, et j’ai été capable de surmonter des choses qui me paraissaient jusqu’alors inenvisageables en France. J’ai pris plus confiance en moi. En revenant de votre séjour au pair, vous aurez la possibilité d’aller dans des endroits ou faire des choses que vous n'auriez jamais eu la chance de faire dans n'importe quel autre contexte.

    L'idéal en rentrant est de se lancer dans un nouveau projet, ou de réaliser un autre rêve….

    Aude

    L'éducation américaine vs. européenne - ma famille d'accueil et des conseils pour trouver la vôtre